Maxime, un surveillant sportif !

wMaxime Laumaillé, 24 ans est surveillant au collège depuis le 1er septembre 2017.

Avant il était animateur sportif à la communauté de commune de Domfront, « J’étais au centre de loisirs et je m’occupais des enfants de 3 à 12 ans ». Etre surveillant au collège lui permet de finir sa formation. En effet, Maxime prépare son BP JEPS, c’est à dire un brevet professionnel pour être animateur sportif.

D’ailleurs, Maxime, en plus d’être surveillant, anime la section football du collège avec M. Hamel, professeur d’E.P.S, le mardi de 15h à 17h et le jeudi de 13h à 14h. « Je remplace Tony qui était surveillant au collège l’an dernier. Lui aussi animait la section foot » nous explique Maxime qui ajoute adorer travailler avec les jeunes et se plaire au collège :  « les élèves sont sympas, gentils et l’ambiance de travail est bonne ! ».

Il a accepté, avec bonne humeur, de se prêter aux questions du portrait chinois !

Si tu étais une fleur, laquelle serais-tu ?  « Je serais une rose car c’est le signe de l’amour. »

Si tu étais un livre lequel serais-tu ? « Je serais le livre « Ibra grandeur nature » car c’est le seul livre que j’ai lu en entier. C’est la biographie d’un grand joueur de football. Je ne suis pas un grand lecteur de livres, je préfère les journaux et les magazines d’information, surtout Ouest France et France Football ».

Si tu étais un objet qui tient dans la poche, tu serais lequel ? « Je serais un téléphone portable pour prévenir en cas d’urgence. »

Si tu étais un animal, tu serais lequel ? « Je serais un lion pour être le roi de la savane. »

Si tu étais une couleur, tu serais laquelle ? « Je serais le bleu car c’est la couleur du ciel. »

Quel mot te définirait le plus ? « Je dirais que je suis ponctuel. Je suis toujours à l’heure. »

Si tu étais un pays, tu serais lequel ? « Je serais le Brésil pour le soleil et la plage. »

Si tu étais une matière scolaire, tu serais laquelle ? « Je serais le sport pour pouvoir se dépenser. »

Si tu étais un métier tu serais lequel ? « Je serais éducateur sportif car j’aime le sport et faire partager ma passion. »

Finalement, le sport est vraiment au centre de la vie de ce jeune surveillant !

Lya Coquet, Néo Dubois, 5e – Photographie personnelle
Publicités

Toilettes dégradées, toilettes fermées

wc-1774747_640Aujourd’hui, 20 novembre, les toilettes garçons ont été fermées pendant une partie de la journée pour cause d’inondation. Des élèves irrespectueux ont joué avec l’eau et les canalisations.

Cela est un exemple du mauvais comportement de certains garçons qui « s’amusent » dans des toilettes qui sont détériorées. « C‘est sale. » souligne un élève de 6e. « Les toilettes sont dans un piteux état, les portes sont cassées » ajoute un autre élève de 4e. En effet, une mauvaise odeur flotte souvent dans l’air, les portes sont couvertes de graffitis et certaines serrures ne fonctionnent plus.

A qui la faute ?

Les toilettes sont nettoyées tous les matins avant la récréation par un agent. Madame Lemazurier, gestionnaire, souligne que toute réparation coûte de l’argent et déplore que le comportement de certains garçons soit un frein à la réalisation de petits aménagements comme installer des nouveaux séchoirs électriques : « les élèves tirent sur les fils électriques, c’est dangereux ! ». Certains aménagements ont déjà été réalisés, comme installer des miroirs en plexiglas, incassables. « Sils sont respectés par les élèves, on en installera d’autres l’année prochaine » promet Mme Lemazurier. D’autres grosses réparations sont également en cours. « Les toilettes garçons du bâtiment 1 sont actuellement fermées car l’agent d’entretien est en train de changer 4 blocs portes après qu’ils aient été détruits.  » conclut la gestionnaire.

Que faire pour que cela s’arrange ?

Si le comportement des garçons ne change pas, cela ne s’arrangera pas. Certains élèves pensent que leurs camarades « ne font pas assez attention. » et qu’« il faudrait que l’on respecte mieux les toilettes. ». Mme la gestionnaire est d’accord : «une réfection des toilettes est en cours d’étude avec le Conseil Départemental. Je suis convaincue qu »une rénovation est nécessaire, néanmoins il faut que les détériorations volontaires cessent ! ». Les délégués ont déjà été entendus à ce sujet en 2016 et ont évoqué le problème des distributeurs de savon, des miroirs … Monsieur Millot, CPE, pense que « le sujet pourra être évoqué lors d’une réunion du CVC*, sous condition qu’on parle du comportement à adopter. »

(NB de la rédaction : CVC = Conseil Vie Collégienne).

Pierre Milet, 4e  (illustration : image libre de droit – Pixabay)

Welcome Alana !

73In our English’s lessons, we have an English assistant.

She is Alana Christoper. She is 25 years old, she was born on the 11th december of 1991. Alana has two sisters who are 21 and 23 years old, Samantha and Karen.

Alana lives in the USA, near New York, she is American.

She had a rabbit, Mo, but it died.

Alana went to Africa, the Comores Island, during two years. There, she was an English teacher in a college.

For her summer vacations, she went to Greece. She wants to travel all over the world and she would love to go to Japan.

In the USA, she likes running, reading and cooking very much. She likes TV series, like Games of Thrones, fantasy, action and romance films, such as Harry Potter and Titanic.

Since she is in France, she has visited Vire, Lyon, Avignon and Marseille. She loves french food, more particularly cheese.

Alana prefers living in Flers rather than in New York because Flers is calm, clean and everybody are like friends. However, she would recommend going to New York in vacation because there are more things to visit.

She is staying for six months with us.

Elise Lecornu, Lilou Roger, 3e (correction : Mme Sevestre).

 

«C’est important les délégués !»

elections-1496436_640La semaine du 9 au 13 octobre, les élections des délégués de classe ont eu lieu au Collège Jean Monnet. Dans chaque classe, deux délégués et deux suppléants ont été élus par les élèves, à la majorité.

« Le rôle des délégués est de représenter la classe aux réunions », déclare M. Millot, CPE du collège Jean-Monnet. « Ils peuvent organiser des rencontres lors de l’heure de vie de classe, s’il y a un souci ». Les délégués sont donc très importants !

C’est pourquoi M.Millot a déployé les grand moyens : isoloirs de la mairie, urnes, bulletins secrets, carte électorale pour les 6ème… Tout est fait pour que cela ressemble à de vraies élections. « Les élections ont vraiment changé» ont dit les élèves de 3ème. Les années précédentes, « on faisait ça en classe et ce n’était pas vraiment officiel. Par exemple, les urnes étaient des boîtes à chaussures, ou il n’y en avait même pas, et les bulletins de vote, c’était des bouts de papier« . « Ça dépendait des professeurs » nous ont-elles dit. Pour eux, cette année, c’était vraiment différent car en plus, il y avait plusieurs adultes, c’était vraiment officiel.

Les élèves de 6e ont adoré l’organisation même si certains étaient déçus de ne pas être élus.

Trois questions à Anthéa, élève de 5e, suppléante nouvellement élue.

Es-tu contente d’être suppléante ?

Je ne voulais pas être déléguée car je ne me sens pas capable de faire toutes les tâches que cela implique. Je suis super contente d’être suppléante car j’aide le délégué.

Pourquoi t’es-tu présentée ?

C’est important d’être le porte-parole de la classe, de prendre des initiatives pour aider ceux qui se font embêter.

Est-ce ta première expérience ?

Je m’étais présentée mais je n’ai pas été élue contrairement à cette année.

Noa Acquart et Lysa Leudiere, 6 (illustration : pixabay)

Tous sportifs le 27 septembre !

20170927_121612-2
Un buffet bien mérité !

La journée du sport scolaire se déroule dans toute la France. Elle a lieu tous les ans pendant le mois de septembre. Dans l’académie, la date du 27 septembre a été choisie par le recteur : «organiser la journée du sport est un ordre, envoyé aux collèges et écoles par le Ministère de l’Éducation Nationale donc par le ministre » souligne Mme Morel, Principale.

Au collège, toute la matinée du 27, les élèves de 6e et de 5e ont participé à des activités mises en place par des professeurs, des surveillants … Plusieurs élèves de 4e et de 3e étaient également présents pour encadrer leurs camarades. L’organisation de cette matinée était sous la responsabilité de M. Auvray, professeur d’EPS, et de ses collègues.

Parmi les activités proposées, Mme Gilbert, professeur d’histoire-géographie, a invité ses élèves à jouer à des jeux du Moyen-Age : « Sur un plateau, il y avait 9 pions avec lesquels il fallait faire des lignes de trois tout en bloquant son adversaire » raconte un élève. Son collègue, M. Monsimier, responsable de la formation PSC1, a appris à ses élèves la manière d’étirer une crampe au niveau du mollet pour soulager une douleur. M. Bouhours, professeur de lettres classiques, a lui initié ses élèves au trollball : « c’est un jeu avec des épées et un ballon. Il faut aller marquer dans le camp adverse en faisant avancer le ballon avec son épée. » explique un participant.

La journée du sport a été très appréciée par les élèves et professeurs présents. « J‘ai vraiment aimé cette matinée. J’ai organisé une compétition entre élèves, à savoir qui était le plus rapide pour trouver une information dans un documentaire ! Ils ont pu ainsi découvrir les livres sur le sport tout en s’amusant. En plus, les groupes étaient enthousiastes ! » se souvient Mme Mahieu, professeur documentaliste. Mme Gilbert souhaite l’an prochain recommencer l’aventure mais en proposant des jeux différents. L’ensemble des enseignants souligne la bonne organisation des ateliers, même si certains groupes n’étaient pas à l’heure. Les élèves ont, eux, tous aimé : « J’ai adoré même si certains ateliers étaient plus ennuyants que d’autres ! » raconte une élève de 6e. « Je me suis super amusé ! » ajoute un de ses camarades. Le buffet offert à tous dans la cour pour cloturer la matinée a été apprécié par tous. « C’était délicieux ! » remarque un élève.

Vivement l’année prochaine que la journée du sport recommence !

Pierre Milet, 4e (photographie personnelle)

Hola Mme Simon !

IMG_0026En septembre 2017, les élèves du collège Jean Monnet ont eu la surprise de voir arriver une nouvelle professeur d’espagnol : Antonella Simon. Nous avons voulu en savoir plus !

Mme Simon a enseigné à Saint Denis en région parisienne, au Paraguay (Amérique du sud), elle a aussi été professeur de français en Espagne, et les quatre dernières années elle a enseigné au collège expérimental Anne Frank du Mans.

« J’ai choisi d’être professeur d’espagnol car je suis passionnée par la flûte de pan et la guitare » se réjouit Mme Simon. Elle est ravie de faire progresser les élèves du collège Jean Monnet.

Mais ce professeur d’espagnol dispose de bien d’autres casquettes : très douée avec les ordinateurs, elle gère, avec un collègue, l’administration du réseau et anime l’atelier informatique du collège le mardi midi.

Passionnée d’informatique et en particulier de programmation, elle aime également, jouer de la guitare et aux jeux vidéos.

Néo Dubois, 5e (photographie personnelle)

Une comédienne qui assure !

wJeudi 8 juin, une comédienne professionnelle, membre du théâtre de « l’Echelle de Soie » est venue au collège Jean Monnet  présenter deux spectacles.

Dans le self, Madame Lhostis a tout d’abord joué le matin, devant les 6es, une série de saynètes autour de la ruse, s’inspirant d’œuvres écrites au Moyen-Age comme le Roman de Renard, La Farce du Cuvier et Les Perdrix. A un moment, la comédienne a choisi des élèves dans la salle et les a participer au spectacle. Elle leur a demandé de revêtir des costumes du Moyen-Age. « Alexandre s’est retrouvé habillé en moine, Syliam en troubadour, Mohammed en paysan… C’était très marrant ! » raconte une spectatrice. La comédienne disait le texte et eux le mimaient.

L’après midi, l’artiste a présenté Guy de Maupassant et l’art de la nouvelle aux élèves de 4e. « Elle a raconté plusieurs histoires mais j’ai surtout aimé celle d’un homme qui a couvé des œufs ! » se souvient, amusé, un élève. « C’était une super actrice mais les mots utilisés n’étaient pas faciles à comprendre » ajoute un autre adolescent.

Dans l’ensemble, les deux spectacles ont plu aux élèves : « C’était vraiment bien car ça nous a fait faire du français autrement ».

xTrois questions des Normandisent à Mme Lhostis, comédienne :

Depuis combien de temps faîtes-vous du théâtre ?

Je joue depuis le bac. J’ai, à ce moment là, choisi d’évoluer dans le domaine artistique. Quand j’étais élève, j’aimais le français, la lecture. De fil en aiguille, j’ai choisi de les vivre différement, à travers les spectacles.

Est-ce que vous donnez des spectacles devant adultes ou uniquement devant des scolaires ?

Les spectacles en milieu scolaire me prennent beaucoup de temps. Alors, quand j’ai le temps, oui, je joue devant des adultes. Ce sont alors des spectacles différents, des pièces à plusieurs, plus construites et plus compliquées à élaborer. J’aime beaucoup jouer avec d’autres comédiens des pièces de boulevard, des vaudevilles. Ce sont des pièces plus rigolotes qui amusent les spectateurs. J’ai par exemple joué dans « Le don d’Adèle » ou dans des courtes pièces de Feydeau comme « Ne te promène donc pas toute nue ».

Quels sont les thèmes de vos autres spectacles pour les scolaires ?

Je vous ai joué aujourd’hui deux de mes spectacles les plus demandé, surtout celui sur la ruse à travers les textes du Moyen-Age. Je l’aime particulièrement car il amuse vraiment les élèves et que je m’y sens bien. Mais on me réclame souvent aussi un spectacle conçu autour des contes où les monstres jouent un rôle important. Celui construit à partir des Fables de La Fontaine a aussi beaucoup de succès. Actuellement, je commence à penser à un spectacle pour les 3es autour des « Lettres des Poilus », mais ça sera beaucoup plus triste car ça va parler de la Guerre 14-18.

Néo Dubois, 6e – Photographies personnelles