Tous en scène

spip.php

Le jeudi 17 mai et le vendredi 18 mai, la troupe de théâtre et la chorale du collège Jean Monnet s’est produite sur scène à la salle Madeleine Louaintier à Flers lors de trois représentations, deux devant leurs camarades collégiens et une, en soirée, devant leurs parents et amis.

Aidés par Mme Collas, professeure d’éducation musicale et Mme Renout, professeur de français, les élèves ont présenté un spectacle original, De Madiba à Mandela, coécrit par les deux enseignantes. Ce spectacle retrace l’histoire de Nelson Mandela qui a libéré les noirs de l’Apartheid en Afrique du Sud. Les élèves ont répété leur texte depuis le début de l’année scolaire, « ils n’ont pas ménagé leur énergie » remarque un professeur du collège.

Entre deux saynètes, la chorale donnait de la voix. En effet, De Madiba à Mandela est construit autour de chansons originales écrites par Nicolas Esnault pour le Festival Chorale et s’achève sur le tube de France Galle, Résiste.

Le spectacle a remporté un franc succès. « C’était très bien, j’ai adoré ! La chorale chantait très bien » déclare un collégien spectateur tandis qu’un des comédiens admet avoir eu « un gros trac avant d’entrer sur scène, sûrement la peur de me ridiculiser ! ». Toute la troupe a été vivement applaudie et acclamée à la fin de chaque représentation.

Lya Coquet, 5e – photographie personnelle
Publicités

Hommage

p1050076

Lyne Renout était une enseignante du collège, unanimement appréciée de tous, qui est décédée brutalement dans la nuit du 20 au 21 mai.

Pendant des années, elle a été responsable du club théâtre. Elle co-écrivait les saynètes des spectacles de fin d’année, elle encadrait les élèves, patiemment les faisait répéter dans la bonne humeur. « Elle rigolait souvent de nos erreurs et nous taquinait ! »

Lyne Renout était également membre du club journal et travaillait tous les mardis pour les Normandisent. « Attention aux fautes d’orthographe, elle les voyait toutes ! » se souvient un journaliste amateur.

Mais Madame Renout était surtout une professeur de français très appréciée de ses élèves. « Une fois, elle m’a mis une croix mais a ajouté un smiley ! » se rappelle une élève de 5e. Elle était dynamique, passionnée par son travail et très patiente avec les élèves.

Ses élèves lui ont rendu hommage en écrivant des petits mots, en dessinant des cœurs … et beaucoup se sont rendus à ses obsèques pour lui dire au revoir. « Nous ne l’oublierons jamais, elle est gravée dans nos cœurs. »

Emma Hée, Lya Coquet, Néo Dubois, 5e – Photographie personnelle

« On se donnera à fond l’an prochain ! »

spip.jpg

Il y a deux équipes de step au collège. « Suite à l’expérience de l’an dernier, beaucoup d’élèves se sont inscrits à l’atelier » explique une steppeuse de l’équipe 1. Dans l’équipe 1, se trouvent les élèves qui participaient déjà l’an dernier et des nouveaux plutôt doués. L’équipe 2 est elle composée de débutants. Les deux équipes sont mixtes et sont formées d’élèves de 6e et de 5e. Les coaches et les jeunes arbitres sont elles toutes en quatrième.

Encadrées par Mme Quellier et Mme Dubois, professeurs d’EPS et responsables de l’atelier, ces deux équipes ont participé au championnat régional de step à Caen le 21 mars 2018. L’équipe 1 s’est brillamment classée première et l’équipe 2, troisième.

Logiquement, l’équipe 1, championne de Normandie, aurait dû participer au Championnat de France du mercredi 16 mai au jeudi 17 mai à Mulhouse. Hélas, cela n’a pas été possible en raison d’un budget non prévu pour la participation, le déplacement et le logement. En plus, hasard du calendrier, la date de la compétition tombait le même jour que les représentations de théâtre de notre collège. Or, toute l’équipe du step fait partie du club théâtre !

Après un sondage auprès des parents des jeunes sportifs, le chef d’établissement a tranché en faveur du théâtre. Cette décision a attristé l’équipe de step qui l’a néanmoins acceptée : « on se donnera à fond l’année prochaine ! »

Lya Coquet, Emma Hée, 5 – Photographie personnelle 

La Semaine de la Presse au collège

ob_d3a58c_spme

La Semaine de la Presse s’est déroulée du 19 au 24 mars. Elle s’adresse aux élèves des établissements scolaires en France pour les sensibiliser à la presse et aux médias. Les élèves de Jean Monnet en ont aussi profité.

Quand on dit « Semaine de la Presse » les élèves du collège nous répondent « journaux » ou « médias ». La plupart pensent que cette semaine sert à « s’informer, lire et comprendre les médias. » Ils lisent des journaux de sports, des journaux locaux comme L’Orne Combattante et Ouest-France. D’autres élèves, par contre, ne savent même pas ce que ça veut dire. D’ailleurs, ces adolescents ne lisent pas la presse, pour eux c’est pour « les vieux , c’est ennuyant ».

Les professeurs de français travaillent avec les élèves sur la presse et les médias, « nous avons créé une progression de la 6e à la 3e , spécialement pour cette période, cela englobe la Semaine de la Presse » nous explique Mme Maillard-Turck, professeur de français, « les 6e ont travaillé sur les médias, le but c’est qu’à la fin, ils connaissent les médias et savent à quoi ça sert. En 5e, les élèves ont travaillé sur les impacts, sur les dangers des réseaux sociaux, c’est à dire sur les nouveaux médias. Puis les 4e ont travaillé sur les articles de presse et les 3e sur la caricature pour développer leur esprit critique et apprendre à lire un article ».

Au CDI, pendant la semaine de la presse, la professeure documentaliste a mis en place un kiosque composé de beaucoup de magazines et de journaux publiés en France. « Je n’ai pas acheté tous ces journaux ! Cela aurait coûté trop cher au collège. C’est le CLEMI, l’organisme qui organise la Semaine de la Presse, qui les envoie, grâce à ses partenariats avec les maisons d’édition, dans tous les établissements scolaires participants. » nous raconte Mme Mahieu-Marziou. Les élèves ont hélas peu regardé tous ces journaux et magazines. « Je suis déçue de ce manque d’intérêt envers la presse écrite en effet, les élèves ne les ont quasiment consulté que pendant des activités menées avec les enseignants ! » regrette la professeur-documentaliste.

La presse et les médias se trouvent partout autour de nous donc nous, les adolescents, sommes constamment exposés à des informations parfois vraies, parfois fausses. La Semaine de la Presse nous apprend à être vigilants : « Il faut croiser les sources :  vérifier l’information en cherchant sur différents médias » explique Hugo, élève de 4e.

Lysa Leudière, Noa Acquart, 6e (Illustration : ©CLEMI)

L’escape game, c’est fun pour s’évader!

escpae_gameAu collège Jean Monnet de Flers, pendant la semaine du 4 au 10 février, les élèves de 5e participent à un voyage à Bernex en Haute Savoie. Des professeurs ont organisé, pour tous ceux qui n’allaient pas à la neige, un escape game. Selon une des organisatrice « un escape game est un jeu éphémère dans une pièce où des joueurs sont enfermés avec un scénario. Le but est de sortir de la pièce en résolvant des énigmes cachées en 45 minutes. »

Les professeurs qui ont organisé cet atelier sont Mme Moynet, Mme Maillard Turk, professeures de français, et M. Bouchez, professeur d’histoire géographie. « Nous avons voulu proposer une activité fun aux élèves qui ne profitaient pas du voyage. Et aussi, cela nous a permis de travailler les compétences de manière ludique » explique M. Bouchez.

L’atelier s’est passé en deux temps. D’abord les élèves ont testé l’escape game organisé par les enseignants dans les salles 40 et 12. Les énigmes portaient sur les programmes étudiés en classe. « Il y avait des questions qui portaient sur les mathématiques, le français, l’histoire … On devait trouver des codes cachés sur les murs, sur des objets, et ces codes nous permettaient d’ouvrir des coffres où étaient cachées les énigmes » se souvient un des participants. Ensuite les élèves ont eu cinq heures pour préparer leur propre escape game qu’ils ont ensuite fait tester à une autre classe. « Je n’y ai pas participé directement mais les élèves sont venus me réclamer des livres, des objets pour cacher leurs énigmes » précise la professeure documentaliste.

« C’était vraiment adapté pour notre niveau, ni trop dur ni trop simple. J’ai vraiment aimé ! » explique une élève, « ça serait sympa de recommencer !« .

Pierre Milet, 4e (illustration personnelle)

CPE, un poste à part !

IMG_0481M. Emmanuel Millot est le nouveau CPE du collège Jean Monnet depuis le mois de septembre 2017. Allons à sa rencontre pour découvrir son rôle et ses projets!

Avant d’être CPE, M. Millot a dû obtenir un bac+5, un master en philo puis aller à l’ESPE (École Supérieure du Professorat et de l’Éducation).

Juste avant sa venue, notre CPE (Conseiller Principal d’Éducation) travaillait dans un lycée à Argenteuil. Il est venu dans notre collège pour se rapprocher de sa famille, et le collège lui a tout de suite plu car il est « plus petit que son ancien établissement ». D’après M. Millot, les élèves sont assez faciles à gérer globalement, même si « cela dépend des fois ! ».

M. Millot a mis en place quelques petits changements dès son arrivée : par exemple, d’avoir un Assistant d’Education référent dans chaque classe, ce qui facilite la communication et le suivi des élèves.

Son travail n’est pas toujours facile : il faut gérer plus de 400 élèves, et surtout résoudre tous les problèmes ! Alors forcément, les avis des élèves sont très variés. Lorsque nous les avons questionnés sur la place de M. Millot dans le collège, il y a eu beaucoup de remarques positives, mais évidemment d’autres plus rigolotes  comme « CPE, Cauchemar Pour Enfants ». D’autres ont regretté des « Heures de colle pour rien ». Néanmoins l’essentiel des retours était positif : « Il nous permet de résoudre nos problèmes » ou encore « c’est un médiateur entre les élèves ».

Les Normandisent lui souhaitent de continuer à se plaire dans notre collège !

Hugo Dragin, 4e (photographie personnelle)

« Coco » pour les hispanisants

téléchargementLe lundi 22 Janvier, les élèves de 6ème et de 5ème qui pratiquent l’espagnol sont allés au cinéma de Flers voir le film Coco.

Ce dessin animé Walt Disney Pixar raconte l’histoire de Miguel, un petit garçon mexicain, qui est passionné par la musique et vole la guitare d’un grand musicien lors de la fête des morts. Il subit un sortilège qui l’enferme dans le monde des morts.

Louisa, Romane et Sahra ont préféré le moment où «Miguel le personnage principal du film participe à un concours de talent». Cette sortie à aussi été très enrichissante pour les élèves car ils ont pu apprendre de nouvelles choses sur la culture mexicaine. « Ca ne me dérangeait pas que ce soit en espagnol car mes yeux lisaient tout seuls », ajoute Louisa. Certains étaient même très « fiers de regarder un film en espagnol ».

Mme Simon, professeur d’espagnol a a organisé la sortie. Elle précise qu’elle a choisi le film Coco car « il aborde un fait culturel, el Dia de los muertos, c’est à dire la fête des morts ». Mais elle regrette de ne pas avoir emmené les 4èmes et 3èmes car ce film est « très enrichissant quel que soit l’âge ». Mme Simon a apprécié cette sortie car les élèves ont été « sages et calmes ».

Lysa Leudière et Noa Acquart, 6e – Illustration : Wikipédia