Toilettes dégradées, toilettes fermées

wc-1774747_640Aujourd’hui, 20 novembre, les toilettes garçons ont été fermées pendant une partie de la journée pour cause d’inondation. Des élèves irrespectueux ont joué avec l’eau et les canalisations.

Cela est un exemple du mauvais comportement de certains garçons qui « s’amusent » dans des toilettes qui sont détériorées. « C‘est sale. » souligne un élève de 6e. « Les toilettes sont dans un piteux état, les portes sont cassées » ajoute un autre élève de 4e. En effet, une mauvaise odeur flotte souvent dans l’air, les portes sont couvertes de graffitis et certaines serrures ne fonctionnent plus.

A qui la faute ?

Les toilettes sont nettoyées tous les matins avant la récréation par un agent. Madame Lemazurier, gestionnaire, souligne que toute réparation coûte de l’argent et déplore que le comportement de certains garçons soit un frein à la réalisation de petits aménagements comme installer des nouveaux séchoirs électriques : « les élèves tirent sur les fils électriques, c’est dangereux ! ». Certains aménagements ont déjà été réalisés, comme installer des miroirs en plexiglas, incassables. « Sils sont respectés par les élèves, on en installera d’autres l’année prochaine » promet Mme Lemazurier. D’autres grosses réparations sont également en cours. « Les toilettes garçons du bâtiment 1 sont actuellement fermées car l’agent d’entretien est en train de changer 4 blocs portes après qu’ils aient été détruits.  » conclut la gestionnaire.

Que faire pour que cela s’arrange ?

Si le comportement des garçons ne change pas, cela ne s’arrangera pas. Certains élèves pensent que leurs camarades « ne font pas assez attention. » et qu’« il faudrait que l’on respecte mieux les toilettes. ». Mme la gestionnaire est d’accord : «une réfection des toilettes est en cours d’étude avec le Conseil Départemental. Je suis convaincue qu »une rénovation est nécessaire, néanmoins il faut que les détériorations volontaires cessent ! ». Les délégués ont déjà été entendus à ce sujet en 2016 et ont évoqué le problème des distributeurs de savon, des miroirs … Monsieur Millot, CPE, pense que « le sujet pourra être évoqué lors d’une réunion du CVC*, sous condition qu’on parle du comportement à adopter. »

(NB de la rédaction : CVC = Conseil Vie Collégienne).

Pierre Milet, 4e  (illustration : image libre de droit – Pixabay)
Publicités

«C’est important les délégués !»

elections-1496436_640La semaine du 9 au 13 octobre, les élections des délégués de classe ont eu lieu au Collège Jean Monnet. Dans chaque classe, deux délégués et deux suppléants ont été élus par les élèves, à la majorité.

« Le rôle des délégués est de représenter la classe aux réunions », déclare M. Millot, CPE du collège Jean-Monnet. « Ils peuvent organiser des rencontres lors de l’heure de vie de classe, s’il y a un souci ». Les délégués sont donc très importants !

C’est pourquoi M.Millot a déployé les grand moyens : isoloirs de la mairie, urnes, bulletins secrets, carte électorale pour les 6ème… Tout est fait pour que cela ressemble à de vraies élections. « Les élections ont vraiment changé» ont dit les élèves de 3ème. Les années précédentes, « on faisait ça en classe et ce n’était pas vraiment officiel. Par exemple, les urnes étaient des boîtes à chaussures, ou il n’y en avait même pas, et les bulletins de vote, c’était des bouts de papier« . « Ça dépendait des professeurs » nous ont-elles dit. Pour eux, cette année, c’était vraiment différent car en plus, il y avait plusieurs adultes, c’était vraiment officiel.

Les élèves de 6e ont adoré l’organisation même si certains étaient déçus de ne pas être élus.

Trois questions à Anthéa, élève de 5e, suppléante nouvellement élue.

Es-tu contente d’être suppléante ?

Je ne voulais pas être déléguée car je ne me sens pas capable de faire toutes les tâches que cela implique. Je suis super contente d’être suppléante car j’aide le délégué.

Pourquoi t’es-tu présentée ?

C’est important d’être le porte-parole de la classe, de prendre des initiatives pour aider ceux qui se font embêter.

Est-ce ta première expérience ?

Je m’étais présentée mais je n’ai pas été élue contrairement à cette année.

Noa Acquart et Lysa Leudiere, 6 (illustration : pixabay)

Ignorer plutôt qu’insulter

aggression-656795_1280

Il arrive que des élèves insultent leurs camarades. Insulter veut dire « offenser par des paroles blessantes ou des actes méprisants, injurieux ». La personne qui insulte peut être méchante, énervée et ne pas aimer sa victime, elle peut aussi trouver ça amusant. La personne insultée, elle, va mal, elle est triste, pense qu’elle « est nulle ». C’est très grave !

Il serait tellement plus simple de bien s’entendre tous ensemble, de ne pas s’insulter mutuellement, de ne pas s’embêter et de laisser les autres tranquilles, de ne pas se moquer l’un de l’autre, de s’aider quand on en a besoin, d’essayer de passer du temps ensemble.

En effet, cela nous permetterait de passer des récréations plus calmes, d’être plus concentrés en classe, de mieux écouter le professeur et donc de mieux comprendre les cours afin d’apprendre plus de choses car le cour se déroulerait alors peut-être plus vite. En plus, c’est beaucoup plus agréable d’être entre amis. « Il faut mieux s’ignorer que de s’insulter ! » nous explique un élève de 6e, puni après avoir injurié un camarade, « je regrette ce que j’ai fait car ce n’est pas bien de faire du mal à quelqu’un. »

Yassin Leghemara, 6e

¡ Hola Pablo !

p1050081Depuis plusieurs années, un échange est mis en place entre le collège Jean Monnet de Flers et le collège André Malraux de Murcie en Espagne. Pendant deux mois, des élèves espagnols intègrent une classe de troisième, puis des élèves français s’envolent pour l’Espagne.

Pablo Ega est un jeune Espagnol de 14 ans. Il est arrivé, avec trois de ses camarades, en France en septembre 2016 pour étudier au collège Jean Monnet. « Je n’avais pas envie de venir en France, mais ma mère m’y a obligé et maintenant je suis content ». Il habite jusqu’à la fin décembre chez une de ses camarades de classe. En janvier, cette élève ira à son tour en Espagne pour deux mois.

Quand Pablo est arrivé, il a eu « très froid ». C’est d’ailleurs ce qu’il déteste le plus dans notre pays. Presque autant que les haricots verts. Par contre, depuis son arrivée en Normandie, il a découvert la crème fraîche qu’il adore.

Son collège en Espagne, à Murcie, est plus petit et il y a moins d’élèves. Pablo explique également un autre différence, importante pour lui : « Là bas, on a le droit d’avoir notre téléphone portable alors qu’en France, non.  ».

Pendant les deux mois qu’il a passé à Flers, les parents de Pablo lui ont un peu manqué. Sûr qu’il doit être heureux de les avoir retrouvés ainsi que ses amis !

Lucas Guignard, 5e – Illustration : photographie personnelle

Vive la sixième !

i-love-la-sixieme-130881239187

Mes trois plus grandes angoisses lorsque j’ai quitté ma petite école primaire pour mon nouveau grand collège étaient …

  • De me perdre dans les salles … J’ai eu peur en début d’année car je croyais que les couloirs étaient pleins de chauves-souris et que les escaliers bougeaient dans tous les sens comme dans le pensionnat d’Harry Potter.

  • Ne pas avoir d’amis… J’ai eu peur d’être seule dans ma classe ou dans le collège parce que mes amies allaient dans un autre collège. Aussi seule que le Petit Chaperon Rouge perdu dans la forêt !

  • De ne rien comprendre à la technologie, cette nouvelle matière que je ne connaissais pas. Aussi dure à déchiffrer qu’une carte au trésor !

Et finalement, j’ai découvert que le collège, finalement, c’est super bien ! Il y a le CDI, avec ses livres, ses ordinateurs, une prof documentaliste trop sympa. Je me suis fait des nouvelles amies et retrouvé des anciennes camarades que je n’avais pas vues depuis longtemps. Quant aux professeurs, ils sont bien moins méchants que des ogres.

En un mot, vive la sixième !

Lana Guillot, illustration : Ilovegenerator

Un club magique !

20160616_164246_resizedMagic : l’Assemblée, souvent appelé simplement « Magic », est un jeu de cartes à collectionner, créé en 1993 par Richard Garfield. Enfin, c’est plus précisément un jeu de cartes ET de stratégie dont l’action se déroule dans un univers fantastique, proche de l’héroïque fantasy. Dans ce jeu de rôle, chaque joueur incarne un sorcier dont l’objectif est de détruire les autres sorciers. Pour cela, chaque sorcier peut lancer des sorts et appeler à l’aide des créatures magiques.

Ce jeu a énormément de succès. « C’est tellement bien qu’ il y a une vingtaine d’années environ un club Magic a ouvert ses portes au sein du collège » explique Mme Maillard-Turck. Ce club existe toujours, souligne un élève adepte : « environ dix élèves de toutes les classes se réunissent à 13 heures dans une salle de permanence. Ce sont les élèves qui le gèrent eux-mêmes.»

Un conseil, l’année prochaine rejoignez ce super club !

Wilfrid Migeot, photographie personnelle